Les Jeudis de la Sorbonne sont un cycle de conférences publiques consacrées à l’art, à la médiation de la culture artistique et à l’ingénierie culturelle et préparés par les étudiants de Master 1 Métiers des arts et de la culture de Paris 1.

Ces Jeudis ont lieu chaque année depuis 1990, au cours du 2ème semestre, autour d’un thème différent.

Des Actes électroniques sont rédigés à partir de chaque conférence (les conférences sont mises en ligne environ 15 jours après leur déroulement).

Parmi les dernières thématiques des Jeudis de la Sorbonne, on peut citer en 2003 « Arts savants, arts populaires et industries culturelles », en 2005 « Les projets culturels européens, pour quelle idée de l’Europe. » En 2008 « Arts et nouvelles technologies » et pour 2009 « Culture et Utopie ». En 2010, les Jeudis de la Sorbonne fêteront leur 20 ans.

——–

Edition 2009

Culture et Utopie

affiche_jeudis_sorbonne_version_weba4

Cliquez pour agrandir l'affiche

L’humaniste anglais Thomas More invente en 1516 le mot latin : Utopia en pendant à l’Éloge de la folie d’Érasme. Une définition possible de ce mot est alors « qui ne se trouve en aucun endroit ».

Dans son roman, Thomas More décrit une île idéale en totale opposition avec l’Angleterre de son temps. A Utopia règne la paix, le bonheur et la bonne entente. L’auteur décrit le système économique, politique et religieux qu’il juge le plus apte à rendre heureux l’homme.

Rabelais parle en 1532 d’utopie. Le mot devient nom commun en intégrant le vocabulaire politique du XVIIIe siècle. Il désigne alors le plan d’un gouvernement imaginaire, à l’image de la république de Platon. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que le sens courant actuel s’impose et que l’utopie en vient à désigner un projet politique, social ou culturel qui ne tient pas compte de la réalité. Définition encore courante aujourd’hui.

Quelle place donner alors à l’utopie ? Que signifie pour nous ce terme ? Et quels sont ses liens avec la culture ?

L’utopie, plus vivante que jamais, serait désormais la poursuite de nouvelles formes sociales et de nouvelles formes de culture. renouant avec une éthique publique et avec le politique. Une réflexion sur la différence, sur l’altérité, porteuses de changements fondamentaux.

Elle s’inventerait hors des modèles antérieurs et se concrétisait dans de nouvelles formes de création, avant tout alimentée par l’imagination et le désir mais inséparable du réel et du vécu.

Programme

Le parti priX de l’indépendance

la presse indépendante / Jeudi 19 février
le Street Art / Jeudi 26 février

Peut-on maintenir un discours engagé et libre tout en s’inscrivant dans une démarche financière ? Dans le contexte actuel de l’« hyper consommation », nous ouvrons un débat en deux opus autour de la notion de l’indépendance. La presse et le street art constituent deux moyens d’expression symboles de liberté et de contre pouvoir. Alors que le premier est racheté par de grands groupes proches du pouvoir institué, l’autre quitte la rue pour envahir les cimaises et ventes aux enchères. Les journalistes représentent- ils encore le quatrième pouvoir ? Le street art a-t-il perdu en créativité en s’insérant dans le marché de l’art? Deux conférences pour le prix d’un sujet : l’indépendance… une utopie ?

L’art en liberté : utopie de la culture itinérante
/ Jeudi 05 mars

Travailler hors des cadres limitatifs imposés par le secteur culturel traditionnel, explorer de nouvelles formes de création, instaurer un autre rapport aux territoires et aux publics, expérimenter une organisation de vie différente, inventer de nouvelles valeurs… Quelles alternatives propose la culture itinérante ? Alternative de création, alternative de vie, recherche de liberté, réalisation d’une utopie ?

Images sous influences
/ Jeudi 12 mars

Alors que la Garde des Sceaux se faisait récemment amputer de sa bague trop voyante, les corps mutilés à Gaza sont exhibés en Une… Quels motifs justifient la sélection, la modification ou le rejet d’une image par la presse ? Est-il possible d’informer par la photographie aujourd’hui, alors qu’elle est devenue omniprésente et infiniment transformable ? Comment le photojournalisme peut il défendre sa spécificité sans se dissoudre dans la communication politique ?

L’ArtFrique, c’est chic !
/ Jeudi 19 mars

ATTENTION séance avancée au MERCREDI 18 MARS (et non au 17 comme annoncé précédemment) en raison du mouvement social du 19

Le secteur culturel apparaît comme le lieu de nouveaux enjeux économiques et sociaux pour l’Afrique. De quelle manière la création artistique peut-elle favoriser le développement et la reconnaissance des pays de ce continent ?


Topologiquement autre
– L’art et l’hétérotopie
/ Jeudi 26 mars

Dans le contexte artistique, l’hétérotopie est un lieu « autre » que l’imagination s’approprie et gagne sur le réel ; un espace épargné qui héberge l’imaginaire, un non-lieu irréel et immatériel que l’artiste, tel un cartographe, reporte sur la réalité.

(r)évolution à la télévision publique
/ Jeudi 02 avril

La réforme de l’audiovisuel : la concrétisation apparente d’une vieille utopie masquerait-elle une (r)évolution ou une désillusion sur la télévision publique ?

L’Art Crise (?)
/ Jeudi 09 avril

Aller au-delà de l’aspect « catastrophique » de la crise dans le marché de l’art, en analysant son glissement vers un territoire utopique, celui où l’art et la culture seraient des repères et des valeurs sûres, non dictées par le dogme de la consommation. euphorique.


Voir le programme détaillé >>

Publicités


%d blogueurs aiment cette page :