Posts Tagged 'culture itinérante'

5 mars – L’art en liberté : utopie de la culture itinérante

affiche-art-itinerantAvec :

François Colombo, CITI – Centre International pour les Théâtres Itinérants :
Pour ceux qui choisissent d’élargir les lieux de représentation artistique : un passeur de mémoires, d’expériences. Une plate-forme d’échanges et de réflexions.
Le CITI a pour buts de “assembler, promouvoir, représenter et soutenir les pratiques de spectacle vivant itinérant sur le plan international, national, régional, communal et vicinal” (extrait des statuts)
www.citinerant.com/

Sylvain Grolleau, Alternative Nomade, directeur artistique et concepteur du Bus :
“Proche du public, des gens, avec eux, Alternative Nomade se concrétise aujourd’hui sous la forme d’une structure de diffusion originale et symbolique : un bus dissimulé sous un chapiteau (ou pouvant être stationné dans une halle/friche). Le concept repose sur la transformation d’un bus en structure de multidiffusion image et son, afin d’immerger le spectateur dans un espace-temps qui ne lui appartient pas.” (extrait de la plaquette de présentation du Bus)
www.lecaranvanserail.com
www.alternativenomade.org

Frédéric Vaësen, artiste :
Vie autonome et nomade, économie et “désencombrement”, présence à l’autre dans un cadre insolite, partage d’expériences visuelles et sensorielles, absence et disparition sont autant de concepts volontiers contradictoires qui fondent la démarche de l’artiste Frédéric Vaësen.
Les projets comme Boite de nuit en 1996 ou NMH (Nouvelle Machine Habitable) sont des propositions de structures artistiques mobiles qui complètent son travail vidéo.
www.klang.fr/frederic-vaesen-work/

Hervé Vallée, membre fondateur du Cirque Électrique :
Le Cirque Électrique a vu le jour sous le nom Fanfare Décadente en 1995 aux Arènes de Nanterre. Après des spectacles itinérants, des résidences, des festivals, le Cirque change de nom en 2001 et joue dans des lieux décalés sous un chapiteau. Il représente un art né d’expériences, de rencontres qui mêle tradition et modernité comme on peut le voir dans les projets à la Cour du Maroc en 2003, à Rennes en 2005 ou la création mobile Terrain-cirque-expérience en 2008.
www.cirque-electrique.com/


La démarche de l’artiste itinérant n’est elle pas celle d’une recherche de liberté ?

En se détachant des limites imposeés par le secteur culturel, en travaillant hors des cadres de la production, la diffusion et de la médiation traditionnelles, hors des murs limitatifs des institutions, l’artiste itinérant peut expérimenter de nouvelles formes de création, et instaurer un autre rapport aux territoires et aux publics. Cela va de pair avec le choix d’un mode de vie. En revendiquant une certaine marginalité, l’artiste itinérant se dégage des contraintes imposées par la société pour inventer ses propres valeurs, et expérimenter une organisation de vie différente, dans une recherche individuelle et collective de construction de soi.

La culture itinérante revêt une diversité de formes, tant par la variété des disciplines, des esthétiques, des démarches artistiques, que dans le moyen même de leur mobilité. Pourtant, on peut parler d’une culture, et nous chercherons à savoir ce qui constitue une certaine unité dans ces propositions variées.

Notre conférence s’articulera autour de la problématique suivante : en quoi la culture itinérante apporte-t-elle une alternative ? Nous nous attacherons à évoquer, au regard du thème de l’utopie, ces thèmes de la libération et de l’alternative proposée, en soulevant les questions de la création artistique, du rapport aux publics, de la diffusion, de l’expérience de vie.

Rencontre organisée par Lise Bénard, Kristel Fauconnet, Paula Marques et Charlotte Rougier.